regio UE GR MDRAP sdp fonduri_ue
Search

Le Monument du Village Inondé de Bezidul Nou

Le village de l’époque s’étendait sur 5 km à l’est de Sângeorgiu de Pădure au long de la rivière Cuşmed, étant tout d’abord documenté dans l’année 1566.

À la suite de la construction du barrage en 1990, le village Bezidul Nou avec ses deux églises, a été inondé. Mais la relocalisation a commencé bien avant, les habitants du village étant déplacés à Sângeorgiu de Pădure et dans les villages voisins.

Bezidul Nou a toujours été depuis le XVIIe siècle l’un des principaux lieux pour les Sabbataires de Transylvanie. Les derniers Sabbataires de Transylvanie ont y vécu, jusqu'à 1868, lorsqu’ils sont passés à la religion judaïque.

Le village a eu une église depuis le Moyen Âge, célèbre pour sa Madonna. Une église en bois a été construite en 1740 à sa place, ensuite en 1784, tout une autre en pierre. Aujourd’hui, l’église catholique romaine et celle unitarienne se trouvent sous l’eau.

Les églises inondées (à la fois celle catholique et unitarienne) sont progressivement détériorées jusqu'à 2014, lorsque l’église catholique devenue un symbole de la démolition du village, est tombée ainsi. L’église orthodoxe dont la construction commença en 1939, n'a jamais été achevée, étant démontée en 1990 avant la relocalisation.

Sur le monument construit en 1995 par Sükösd Árpád se trouve l’inscription suivante: « À présent le village Bezidul Nou est au fond du lac. Les anciens habitants de 180 maisons réparties dans le monde entier le pleurent encore aujourd’hui. Les partisans serviles de l'ancienne dictature l’ont démoli et inondé. Ainsi ils ont détruit une communauté unique du point de vue historique et religieux - au sein de laquelle des familles entières de différentes nationalités et confessions avaient vécu d’une manière exemplaire, en plein accord et bonne paix, le long des siècles. Les prières des adeptes catholiques, unitariens, grec-catholiques et sabbataires de Transylvanie ont demeuré muets à toujours. Que ce lieu soit un symbole de tolérance entre les religions ! »

Le premier monument à la mémoire de la guerre mondiale du village a été érigé de l’eau en 1996 et ensuite emménagé auprès du monument de Sükösd Árpád.

Le premier samedi du mois d’août de chaque année, les habitants du village de l’époque font une réunion, en célébrant le caractère unique de Bezidul Nou donné par la cohabitation harmonieuse de quatre religions: catholique, orthodoxe, unitarienne et les sabbataires sicules.

Le XVIe siècle a été l’un de grandes réformes religieuses, y compris dans la Transylvanie. C’est dans ces temps troublés que la secte des Sabbataires soit issue. Avec une histoire unique, l’originalité de la communauté de Bezidul Nou a été donnée d’abord par sa diversité. Il y a un siècle, la communauté ne dépassait pas 700 âmes. Parmi eux, il y avait pas moins de quatre types de fidèles: catholiques, unitariens, gréco-catholiques et enfin, et surtout les derniers paroissiens sabbataires.

Le village de Bezid est premièrement documenté en 1566. Depuis le Moyen Âge, en 1740, une église en bois est construite dans le village et plus tard en 1784 une en pierre. Le micro-bassin où ce prospère village était situé devait être inondé et les gens relocalisés aux blocs à Sângeorgiu. En 1994, les grandes eaux on envahi rapidement le village et ses ruelles, détruisant les maisons et inondant les deux lieux de culte, l’église catholique et celle unitarienne. Le toit de la tour du clocher est tombé en 2014. En 1939, à cet endroit, la construction d’une église orthodoxe a été initiée, mais elle n'a jamais été achevée.

Depuis l’été des années 1988, une centaine de maisons, un dispensaire et une école maternelle sont restés au fond du lac. Pourtant, le seul bâtiment non découvert par l’eau a été l’église réformée parce elle fût construite sur la colline.

Sur le seul mur resté d’une maison on a mis en 1995 une plaque commémorative portant l’inscription: « À présent le village Bezidul Nou est au fond du lac. Les anciens habitants de 180 maisons réparties dans le monde entier le pleurent encore aujourd’hui. Les partisans serviles de l'ancienne dictature l’ont démoli et inondé. Ainsi ils ont détruit une communauté unique du point de vue historique et religieux - au sein de laquelle des familles entières de différentes nationalités et confessions avaient vécu d’une manière exemplaire, en plein accord et bonne paix, le long des siècles. Les prières des adeptes catholiques, unitariens, grec-catholiques et sabbataires de Transylvanie ont demeuré muets à toujours. Que ce lieu soit un symbole de tolérance entre les religions ! »

Chaque année en Août, les anciens habitants de Bezidul Nou se réunissent pour tenir un service commémoratif au monument érigé en 1995 à la mémoire des sites sous les eaux.

GPS: 46.424487, 24.918655

Bozodi to 3

DSC 5741